Février

.

Le NOMBRIL de VENUS est présent, depuis janvier, sur les murs humides et orientés plutôt au nord.
A manger en salade ou utiliser sa forme de mini-coupelle pour un apéritif orignal, en les remplissant de tapenade, fromage frais…

.

Les VIOLETTES étaient rares en début de mois, on pouvait les compter, et en décorer les salades. Depuis, il y en a assez pour les 2 recettes qui suivent. Les jeunes feuilles sont également bonnes en salade, ensuite elles se consomment cuites, comme « épinard ».

J’ai cueilli des violettes blanches et des violettes, dans 2 semaines elles seront toutes blanches !

.
.
APERITIF de PRIMEVERES ou VIOLETTES :
remplir de fleurs, sans les tasser, au 3/4 d’un bocal de un litre, couvrir d’un bon vin blanc. Laisser dans un placard à l’ombre pendant 2 semaines (si vous avez choisi les violettes, elles deviendront blanches). Filtrer, puis ajouter 150g de sucre dilué dans un verre d’alcool de fruit.
Attendre encore quelques jours et dégustez avec modération !

.

SUCRE de VIOLETTES : mixer 50g de fleurs avec 200g de sucre, étaler et laisser bien sècher avant de mettre dans un bocal.

.

Les fleurs de PRIMEVERES sont maintenant bien présentes : elles se prêtent aux mêmes recettes que les violettes. Leurs feuilles, ciselées dans les salades, y apportent une touche acidulée. Si seul le « coucou » est médicinal (il y en a entre-autre sur la commune de Rochemaure) , cette primevère plus courante chez nous est aussi comestible.

L’AIL SAUVAGE, ou OIGNON BATARD, est excellent dans tous les plats ou vous mettriez de la ciboulette. Le ciseler finement, car il est toutefois un peu plus coriace ! En vinaigrette aux herbes, avec du fromage blanc…

.

Les PISSENLITS sont là, j’en ai même vu un (seul ce 3 février ! ) en fleur. Traditionnellement les feuilles se mangent en salade, en les arrosant de jus de lardons bien chaud pour les attendrir. Pour cuisiner les fleurs, là aussi il faudra attendre…

.

.

.

Depuis les pluies de l’automne, les BOURRACHES sont ressorties, mais elles attendent que ça se réchauffe un peu pour pousser ‘vraiment’. De quoi bientôt apporter de l’iode à mes salades… c’est cela qui justifie son petit goût d’huître ! Je les ai plantées, mais elles ressortent tous les ans et se sèment aussi. Bien adaptée, alors que je n’en vois pas en sauvage vers chez nous.

.

.

Les GÉRANIUMS ROBERTS sont présents dans les coins très abrités, là aussi il faut attendre pour les fleurs. Mais les feuilles peuvent être ajoutées aux salades. Il disparaît seulement au cœur de l’hiver.

.

Recettes avec des plantes sauvages :