Novembre

J’aimerai pouvoir vous dire que nous nous régalons de girolles, mais ce n’est pas le cas ! En 1h, sur nos coins prolixes habituellement, on en a ramassé 4 le 3 novembre 🙁

Les plantes qui sont apparues après les pluies d’octobre sont maintenant en quantité permettant de les cuisiner en « épinards » : mauves, orties, silènes principalement, quelques alliaires. Mais aussi des feuilles de violettes, plus petites elles sont plus longues à ramasser ! Voir une recette dans un article à droite ———>
Depuis janvier, je ne vous ai guère parlé du pissenlit (je n’en suis pas fan !), or il est très présent et offre pas mal d’intérêts. Vous saurez « tout » sur lui en suivant ce lien : https://www.bioalaune.com/fr/actualite-bio/35955/bienfaits-pissenlit-automne
Idem pour le plantain, que personnellement je n’utilise guère que contre les piqures d’insectes (très efficace, plus que les pommades vendues en pharmacie pour moi) : https://www.bioalaune.com/fr/actualite-bio/32083/plantain-mauvaise-herbe-quil-faut-adorer

Les cynorhodons sont beaux cette année. Ce fruit est intéressant car exceptionnellement riche en vitamine C, même après cuisson ce qui est très rare ! Il est très facile d’en bénéficier, voir « recette exprès » à droite… Vous pouvez en ramasser à l’avance pour cet usage, ils sècheront et se conserveront bien.
Pour ceux qui auraient la patience d’en faire des confitures, il faut attendre les 1ères gelées pour qu’ils soient murs. Ou les mettre quelque temps au congélateur, ce qui permet aussi de les faire quand on a le temps.
Les cynorhodons de rosiers sont aussi comestibles, s’ils ne sont pas traités.

Achillée millefeuille et pimprenelle (photos sur la page d’octobre) sont toujours présentes pour agrémenter vos salades. Ajoutez y de jeunes feuilles de violettes, celles d’un vert plus clair et encore un peu refermées sur elles mêmes, après elles sont un peu dures et méritent d’être cuites (Voir recette à droite).

Il y a de toutes petites bourraches, ajoutez en aux autres herbes à cuire.
Mauves
Alliaire, à ajouter en guise d’ail à vos préparations. Il n’y en a pas autant qu’au printemps