Pommes sauvages = ‘bonbons’ acidulés !

37

Vu la météo, il est très facile de les sécher, juste en les coupant et en les mettant dans une pièce avec un courant d’air.
A droite de la photo ci-dessus, dans le bocal, vous avez le ‘produit fini’, qui as séché 3 ou 4 jours. Ca se conserve très bien : j’en ai gardé tout un hiver.

Pour moi, elles sont immangeables crues et pas intéressante à cuire. Par contre, elles se transforment en gourmandises acidulées une fois séchées. Les enfants adorent ça et c’est beaucoup plus sain que des bonbons.

Les pommes sauvages sont mures fin aout début septembre. Je secoue un peu l’arbre : les mures tombent. En général, il n’y en a pas de vieilles et abimées au sol : les sangliers semblent les apprécier autant que mes chevaux. Donc s’il y a du vent, il faut passer très régulièrement pour en avoir….

Il est possible de faire pareil avec des poires sauvages. Si vous avez testé avec d’autres fruits dites le moi. Anne 06-42_02-39-08 (ou mail via le site, accès au formulaire en page d’accueil)

Même grille que la 1ère photo, mais après 24h de séchage : elles ont déjà bien réduit de taille. Et il en manque ! Pour moi elles étaient encore trop âpre, mais manifestement ma pépette de 4 ans 1/2 les a bien aimé…

Coupées plus grosses ça demande moins de travail, mais c’est plus long à sécher. D’ici 2 ou 3 jours elles seront toutefois assez ‘consistantes’ pour pouvoir les mixer grossièrement avec un robot et reprendre le séchage. Ensuite, je les mixe plus finement et je les ajoute à de la pâte sablée… cela fait d’excellent gâteaux secs, et qui se gardent bien …. hum… pour les garder il ne faut pas qu’il y ait trop de gourmands.
Recette des gâteaux sablés ici.